L'HISTOIRE DU BOUTON
"Le saviez -vous"


L'histoire ne peut nous dire qui a inventé le bouton. Au Moyen Age, on utilisait que le "fermail", agrafe de métal rassemblant les deux parties d'un vêtement, ou bien encore les dignitaires de l'époque se faisaient tout simplement coudre les deux bords du vêtement, travail qu'il fallait nécessairement défaire et refaire chaque jour.

 

 

C'est au surcot dont la manche très large du haut et qui serrait l'avant bras du coude au poignet que l'on doit l'apparition d'une rangée de boutons au 14e siècle. Depuis le bouton fut de plus en plus utilisé au travers des siècles.

bouton de nacre gravé en rayon

Sous Louis XIV, d'utilité jusqu'alors, les boutons se haussent au rang de garniture. Les princes et les ambassadeurs étrangers se virent offrir par la Roi Soleil des parures de vingt quatre boutons enrichies de diamants. Les dames de la Cour étincelaient de boutons en pierre véritables.

Sous Louis XV, le bouton estampé d'or apparut et le Roi l'imposa sur les costumes de l'armée et de la marine, sur les habits de chasse et la livrée.

bouton de nacre gravé

Sous Louis XVI, le bouton fut accaparé par la mode excentrique. On arborait de gros boutons, décorés à la main de miniatures. Ces fleurs, ces paysages, ces amours étaient souvent exécutés par des artistes peintres célèbres, tels que Isabey, Dumont, David.

Au XIXe siècle, se furent les gilets romantiques qui propagèrent définitivement les premiers boutons de nacre.


Cette nacre cependant déjà connue au Moyen Age, et appelée alors coquille de perle, était utilisée pour la fabrication d'objets de luxe.

 

Au XVIe siècle, elle servit à fabriquer des objets mobiliers, ou sous forme d'incrustations, à décorer des meubles imités de l'Orient.

Au XVIIIe siècle, des explorateurs anglais rapportaient d'Australie de grandes coquilles d'huîtres perlière, notre nacre noire. L'intérieur chatoyant les avait séduits. Ce fut un engouement général pour cette matière que l'on transforma en coffrets, éventails, tabatières, manches de couteaux, bijoux et enfin tout naturellement en boutons.

bouton de nacre gravé forme fleur

 

Cette nouvelle industrie se centralise dans l'Oise sur le canton de MERU vers l'année 1828 (ANDEVILLE, MERU, AMBLAINVILLE et quelques autres hameaux de la région).

 

Retour sommaire

Ets F.Mercier et Cie -5 Rue Mimaut - 60110 MERU